Notation public
Une Histoire sur http://revebebe.free.fr/

n° 16342Calpurnia04/08/14
Les fantasmes d'un timide
critères:   fh inconnu train cérébral -amourcach
11860 caractères      
Auteur : Calpurnia

Selon son habitude, il s’était couché tôt : d’ailleurs il était fatigué de son voyage nocturne, de sorte que les images qui traversaient sa tête avaient perdu de leur cohérence. Il voulait entrer dans le sommeil et le rêve, mais cela ne venait pas. Le souvenir de cette femme qu’il avait croisée le hantait, de sorte que son cœur hésitait entre espoir fou de la revoir et regret d’être resté distant.


Ils avaient passé une partie de la nuit ensemble, dans un vieux compartiment qui sentait le plastique chaud et le tabac. Pour voyager, il ne réservait jamais de couchette, car de toute manière il savait qu’il ne dormirait pas. Était-elle belle ? Assurément, pour lui elle l’était ; mais un témoin impartial n’en dirait peut-être pas autant. Comment la décrire physiquement ? Soudain, il lui apparut qu’il n’était pas capable de le faire d’une manière objective. Il pensait se souvenir d’elle, mais l’avait-il bien mémorisée, ou son cerveau avait-il reconstruit d’elle une image idéale, conforme à ses attentes mais trahissant la personne réelle ? Par exemple, quelle était la couleur de ses yeux ? Craignant de croiser son regard, il n’en avait aucune idée. Était-elle grande, petite ? De taille moyenne, dans doute. Par contre, sa chevelure avait marqué sa mémoire : brune, coupée court. Et ses pieds, aussi : blancs, petits, dans des sandales dont l’été encourageait le port. Cette partie du corps l’attirait bien plus que les seins et avait l’avantage indéniable de pouvoir être observée sans attirer l’attention, en faisant semblant de regarder par terre.


Maudite timidité ! À bientôt quarante ans, il n’avait jamais osé franchir le pas. Comment dire à une femme – dont il admirait pourtant la beauté – autre chose que des banalités, dans l’espoir qu’elle fasse le premier pas ? Même en y mettant toute sa bonne volonté, il n’y parvenait pas. Pas de miracle : qu’un être féminin se dirige vers lui et lui propose ce que deux êtres qui sont proches peuvent pratiquer dans l’intimité, cela ne s’était jamais produit. Il ne parvenait pas à s’en accommoder.

Il lui fallait satisfaire seul les besoins sexuels que son corps exprimait avec force, ce qu’il faisait en songeant à ces créatures tellement belles, aussi inaccessibles que pouvaient l’être le mystère de Dieu, l’origine ultime de l’Univers, la nature réelle de l’énergie sombre, et tout cela réuni. Les couples, qui font l’amour comme on prend son repas, lui semblaient des gens extraordinaires vivant dans un monde merveilleux tapissé de baisers et de tendresse, où l’on cueille des orgasmes partagés et succulents comme des pommes dans un verger.


Qu’aurait-il pu, et dû lui dire ? Plusieurs fois il retourna cette question et il envisagea différentes réponses, en se reprochant amèrement de n’en avoir tenté aucune.


—ooOoo—


Premier scénario : cela aurait nécessité un sérieux coup de chance, comme un retard important, une immobilisation prolongée du train.



Après un quart d’heure de massage, elle sourit, et leurs regards se croisent enfin. Sans cesser de regarder la belle inconnue dans les yeux, les mains de l’homme progressent le long des mollets, puis des genoux, puis des cuisses. Un peu gênée, d’autant qu’il y a d’autres passagers dont des enfants dans le compartiment, la dame rougit. Toutefois, elle ne proteste pas, ce qui est un signe d’encouragement. Le cheminement manuel se poursuit ; une main téméraire se glisse sous la robe, atteint la culotte, en écarte l’élastique, navigue au milieu des longs poils pubiens…


Non, impossible. La rêverie s’arrêta là, car le scénario était devenu absolument invraisemblable. Si la nature même d’un fantasme est d’être hypothétique, il n’en fallait pas de complètement irréalisable. Pratiquer des attouchements sur une inconnue qui se laisse faire dans un train devant les autres passagers sortait du domaine du rêve acceptable.


—ooOoo—


Second scénario : l’homme se saisit de sa thermos de café et dit à la belle :



L’homme se lève, et déclame d’un ton inspiré :



L’homme l’embrasse à pleine bouche, en sortant la langue, sans demi-mesure. Dans la scène suivante, il est prévu que le couple s’isole dans un champ et qu’il la déshabille en jetant les vêtements au loin. Mais leur étreinte sera interrompue par une armée de zombies venus pour les attaquer, des morts que les radiations auront réveillés. Armée d’une machette, elle devra se défendre nue, en décapitant les morts-vivants par dizaines. Le scénariste ne lésine pas sur les effets spéciaux.


Non, trop de clichés ! Le fantasme était bien engagé pourtant, mais ensuite il s’était égaré dans une impasse.


—ooOoo—


Troisième scénario : l’homme se rend soudain compte que la belle voyageuse est en train de pleurer depuis un bon moment.



L’homme la prend tendrement dans ses bras. Elle finit par se calmer, puis, dégageant sa tête, elle lui sourit et le héros lui rend son sourire.



Il est parvenu à lui arracher un sourire.



Une fois qu’ils sont arrivés à destination, la voyageuse lui propose d’entrer chez elle pour prendre un verre.



Cette fois, il trouva le fantasme acceptable. Un peu à l’eau de rose, certes, mais pas invraisemblable. Pourquoi celle qu’il venait de consoler ne lui offrirait-elle pas son corps comme récompense ? Et même un peu plus, comme sa vie entière.


Comme le jour se levait, il se décida à quitter son lit, prit une douche, s’habilla et descendit au café qui jouxtait son hôtel pour y prendre un petit déjeuner. Puis il se rendit à son entretien, y bredouilla sans trop d’illusions les phrases convenues, avant de retourner à la gare afin de rentrer chez lui. Le panneau d’affichage annonçait une heure de retard. Il décida de patienter à la buvette.

Dès qu’il fut assis, il reconnut immédiatement, attablée à côté de lui, la femme qu’il avait rencontrée deux nuits plus tôt. Discrètement, elle pleurait, seule devant son verre.



Ils ne se revirent plus jamais.





Copyright © 2014
Demandez l'accord des Auteurs avant toute diffusion


Erotisme torride

Tendre Amour

Bon Scénario

Belle Ecriture

Plein d'Humour

Votre appréciation
Pour apporter des commentaires ou des notations importantes à un texte,
cela se fait désormais en cliquant sur le lien ci-dessous.
Il faut par contre être inscrit.

Commenter et noter le texte

Revebebe - Histoires érotiques