Notation public
Une Histoire sur http://revebebe.free.fr/

n° 18049MotsDuPetitPrince21/08/17
Retrouvailles - Chapitre 1 a 3
critères:   fh couple fépilée sexshop parking amour noculotte fellation cunnilingu tutu -couple
13658 caractères
Auteur : MotsDuPetitPrince      Série : Retrouvailles - 01 / 03

Chapitre 1 - L’aéroport



Ce matin-là, tu as revêtu une robe légère, assez courte, ample, offrant un large décolleté, les bretelles placées sur les bras dénudant tes épaules. Elle est vert foncé avec des motifs floraux, contrastant avec la couleur de ta peau. Tu te sens bien à l’approche de ce week-end que tu espères inoubliable et que tu attends depuis plusieurs mois, quand je t’ai annoncé qu’il était réalisable. Tu t’es préparée en conséquence, n’oubliant rien. Comme à ton habitude à l’approche de chaque voyage tu as tout vérifié plusieurs fois pour être certaine de ne rien omettre, sélectionnant cette fois des bagages mode « séductrice » dans le choix des vêtements et accessoires. Ainsi ton choix s’est porté sur tes jupes et robes les plus courtes et les plus décolletées, ne prenant aucun pantalon ni short que tu portes d’habitude au Maroc, ton pays.


Cela fait tellement longtemps que tu attends ce voyage que tu as du mal à croire qu’il est là. Ta meilleure amie t’accompagne à l’aéroport et elle ne connaît rien de ton programme. Cependant elle te fait des remarques inattendues, te complimentant sur ton apparence et remarquant que tu étais particulièrement de bonne humeur. Elle tente quelques questions plus indiscrètes, mais tu fais la sourde oreille en disant simplement que tu as un entretien à Paris, mais que tu préfères rester secrète prétendant que tu profites de cette occasion pour rester le week-end, ayant aussi besoin de changer d’air et de profiter des soldes… Elle n’insiste pas, comprenant ton double jeu.


Arrivée à l’aéroport tout se passe tranquillement même s’il est un peu bondé pour ce jour de juillet synonyme de départ en vacances. Tu m’envoies un dernier message juste avant le décollage avec un petit mot tendre qui laisse également transparaître ton émotion et ton impatience. Le vol se déroule comme prévu. Tu rêves et tu imagines nos retrouvailles avec un mélange de sentiments mêlant excitation, incertitude, assurance et timidité, tous les traits de caractère que j’adore en toi. Tu t’es repassé le scénario mille fois en tête, mais bon, souvent angoissée, tu as toujours peur d’être déçue et le risque zéro n’existe pas. Cependant l’impatience monte au fil des minutes de ce vol de trois heures.


Avant le début de la descente, tu passes aux toilettes pour vérifier une dernière fois ton apparence. Tu es belle, tu te sens belle. Tes cheveux bruns sont brillants et effleurent tes épaules. Ton maquillage léger laisse tes yeux noirs s’exprimer. Ton teint est mat et légèrement bronzé. Tes lèvres sensuelles sont ornées d’un rouge à lèvre rouge foncé en harmonie avec ton vernis à ongles. Tes seins menus sont déjà tendus sous l’émotion et tes tétons qui ont cette capacité à changer de forme facilement durcissent rien que sous ton regard. Tout est parfait.


Comme tu l’avais prévu, et malgré ta timidité, tu retires alors tes sous-vêtements et les ranges soigneusement dans ton sac, tu t’observes à nouveau, tu te sens confiante, fière, femme. Tu utilises ton téléphone pour prendre quelques clichés de toi, le haut de la robe baissée laissant entrevoir un sein, puis plus baissée encore offrant à la vue tes deux seins, robe relevée exposant ton pubis fraîchement épilé. Tu te surprends à apprécier cette séance et tu t’imagines te donnant à mon objectif plus tard pendant le week-end. Tu ressens une bouffée de chaleur, ton sexe se manifeste, il t’appelle, tu ne l’as pas satisfait depuis des jours. Il pleure son désir et sa solitude, mais tu le rassures d’une caresse furtive, car tu sais qu’il sera comblé dans peu de temps. Le dernier détail à régler … Trois « pschitt » de Narciso, le parfum que tu portes à chaque fois que nous nous rencontrons. Maintenant tu peux retourner t’asseoir, tu te sens légère, heureuse, prête.


L’atterrissage se passe en douceur, tu passes le contrôle des passeports, un peu gênée de te sentir nue sous la robe, te sentant observée et belle en même temps, sensation contrastée. Tu portes tes solaires comme pour te protéger, pour t’assurer que les autres ne constatent pas ta gêne, pour aussi affronter leur regard sans qu’ils le sachent. Un homme te dévisage du regard et te fait rougir quand tu te demandes « et s’il savait que je ne porte rien en dessous »


Tu récupères tes bagages et sors dans le hall de l’aéroport, me cherchant du regard. Tu m’aperçois, vêtu d’un pantalon et d’un polo, sachant pertinemment que je ne porte pas de caleçon, un large sourire aux lèvres quand je t’aperçois. On s’approche l’un de l’autre, sans se quitter des yeux restant à distance pour que ce premier instant magique dure. Puis n’y tenant plus, nous nous enlaçons langoureusement et s’embrassons tendrement. Pendant ces quelques secondes qui paraissent une éternité, le reste du monde n’existe plus. Tu glisses une main entre nos deux corps et tu me sens déjà dur, très dur… déformant mon pantalon. Ma cuisse se glisse entre tes jambes et se presse contre ton pubis. Tu balances ton bassin à sa rencontre illustrant simplement l’état d’excitation qui nous habite.


Après cette longue étreinte, nous nous dirigeons vers la voiture et empruntons un escalator. Je me place plus bas que toi, me retourne et te prends à nouveau dans mes bras. Il faut faire vite, car le trajet n’est pas si long. Tu as ouvert tes jambes légèrement. Cachée par notre position ma main droite se pose à l’intérieur de ton genou gauche, tu frémis. Elle remonte doucement et fermement le long de ta cuisse, passe à l’intérieur et continue son ascension. Elle atteint ton intimité laissée seule pendant ces interminables journées et nuits au cours lesquelles nous avons préparé ce moment. Mon doigt se glisse entre tes lèvres, se perd, s’inonde, et remonte pour titiller ton clitoris. Tu sursautes tellement la sensation est forte, tu fermes les yeux désirant que cet escalator ne s’arrête jamais afin de laisser cette sensation exquise perdurer. Je dois interrompre la caresse alors que tes jambes se mettent à trembler. Tu te serres fort contre moi, très fort.


Nous nous dirigeons vers la voiture. Je l’ai garée dans un endroit assez isolé, face à un mur. J’installe les bagages dans le coffre et au moment de t’ouvrir la porte, je te saisis ta main et te guide devant la voiture, tu sens le capot encore tiède contre tes fesses, tu es coincée. Alors je m’agenouille devant toi. Tu écartes les jambes et remontes ta robe très lentement, découvrant ton pubis parfaitement épilé. Ta liqueur dégouline sur ta cuisse, tu m’implores de te lécher. Ta pose est lascive et provocante en même temps.


Tout doucement j’approche mes lèvres des tiennes. Ton bassin avance à ma rencontre, ton odeur m’enivre, ma langue se tend, s’avance et se colle à ton sexe. Elle entame alors une danse qui te fait gémir de plaisir, qui te fait perdre la raison. Tu mets une main sur ma tête pour suivre ses mouvements et une main sur ton sein. Tu écartes plus les cuisses, posant un pied sur le pare-chocs. Tu t’offres à mon regard. Je recule légèrement pour observer ce spectacle merveilleux. Tu me toises du regard, fière et heureuse.


Une main glisse légèrement sur ton sexe, en écarte les lèvres et tu me glisses un léger :



Alors je m’approche à nouveau et me perds dans ton sexe, je l’embrasse, le lèche, l’aspire. Tu m’implores de te faire jouir, là, comme ça, ici, maintenant. Je reprends de plus belle mes caresses, je sens ta respiration s’accélérer, tes gémissements devenir plus sonores, ton bassin onduler et accélérer ses mouvements. Ton désir de jouir est immense, cependant je tiens à retarder ce premier orgasme qui se doit d’être magique. Alors ma caresse ralentit et je m’écarte à nouveau te permettant de te remettre de tes émotions fortes. Ta respiration ralentit, je me redresse et tu m’embrasses à pleine bouche, goûtant à ton propre goût.


Ayant retrouvé tes esprits, tu me prends par la taille et me pousses contre la voiture dans la même position que la tienne. Tu t’agenouilles, descends le zip de mon pantalon et extrais mon sexe qui n’attendait que ça. Tu l’engloutis de presque toute sa longueur, tu l’aspires, tu le gobes, tout en alternant une masturbation vigoureuse dont tu as le secret. Tu regardes autour de toi, cherchant du regard si quelqu’un s’était aperçu de notre petit jeu. Un couple passe sans nous voir. Puis en faisant plus attention, tu vois qu’un homme est à moitié caché et t’observe. Alors tu le défies du regard et redoubles d’enthousiasme se foutant d’être vue. Puis, alternant vitesse, pression et amplitude, tu m’amènes au bord de l’orgasme. Je le sens monter, je n’en peux plus. Je te le dis et tu m’ordonnes de ne pas jouir et de me retenir. Tu ralentis les caresses pour finalement les interrompre. Tu te lèves, nous nous étreignons un long moment, encore haletants. Je couvre ton visage baisers tout doux et on se déclare en même temps « je t’aime ». L’homme que tu avais presque oublié a déjà disparu. Nous sommes bien. Nous nous installons dans la voiture, prêts pour la suite.



______________________




Chapitre 2 – Shopping



Nous quittons l’aéroport, direction centre commercial d’une banlieue de Paris où nous avons programmé une séance shopping.

Nous parcourons la galerie marchande main dans la main quand tu t’arrêtes devant une jolie robe. Nous entrons, sélectionnons la taille et passons dans la cabine d’essayage. Enlevant ta robe verte, tu te retrouves directement nue devant moi. Tu t’agenouilles sans rien dire et sors à nouveau mon sexe de sa prison de tissu. Tu attaques une fellation plus délicate, t’attardant sur mon gland en lui adressant des petits coups de langue.


L’excitation remonte rapidement. Mon bassin entame un lent va-et-vient. Ta bouche devient un sexe que je pénètre avec douceur. J’accélère progressivement, mais tu m’empêches de jouir à nouveau. Tu me laisses-là, bite tendue, et passe la nouvelle robe. Tu soulèves alors le bas ta robe et me dis :



Tu poses un pied sur le fauteuil de la cabine, je m’agenouille. Ta main agrippe mes cheveux alors que ton bassin se lance en avant afin que je puisse titiller ton clitoris. Ton excitation remonte également et tes soupirs se transforment en gémissements. Encore une fois, je suis obligé d’interrompre la caresse afin que tu ne jouisses pas encore. Frustrée et compréhensive, tu me laisses me lever et m’embrasses tendrement. Nous finissons par acheter la robe. Le shopping se poursuit avec une pause casse-croûte légère avant de reprendre la route et préparons la visite qui s’approche, vers un sex-shop.



______________________




Chapitre 3 – Sex-shop



Nous échangeons des idées et nous mettons d’accord sur une sélection d’objets destinés à pimenter notre week-end. Tu m’as fait part de tes désirs de domination, de me posséder de différentes manières. Je t’ai promis de me donner entièrement à toi, sans limites. Tu m’as alors parlé du plaisir anal que nous avions déjà expérimenté quelques fois, séparément ou ensemble. Tu m’avoues vouloir pousser cette exploration encore plus loin, que tu veux parfaire ton rôle de Mistress. Après discussion nous voici donc à la recherche d’un gode pour masser la prostate, d’un gode ceinture et de lubrifiant, tout en laissant la place à ce que l’on pourrait découvrir sur place.


Nous finissons par trouver l’endroit et y pénétrons avec un mélange de timidité, de gêne, de curiosité et d’excitation. L’endroit est accueillant, les clients peu nombreux. Nous commençons à regarder un peu partout avant de nous concentrer sur les trois objets les plus convoités. Un vendeur s’approche de nous pour nous proposer son aide, que nous acceptons. Nous demandons alors conseil pour avancer dans la découverte du plaisir anal. Après lui avoir fait part de notre expérience et de nos désirs, il nous oriente vers plusieurs modèles que nous pouvons comparer. Nous lui demandons un peu de temps afin d’affiner et valider notre choix. Ainsi nous les palpons, les regardons, discutons de la façon de les maîtriser.


L’excitation commence à remonter, nous imaginant en train de les utiliser. Nous sélectionnons ainsi les objets du désir et du délire.


Continuant à déambuler dans le magasin, nous nous attardons sur des objets plus curieux, nous demandant comment ils s’utilisent. Le vendeur revient á la charge et nous devons lui faire comprendre que si ces objets excitent notre curiosité, nous ne nous sentons pas encore nous les approprier. Cependant il nous conseille de jeter un œil sur les déguisements. Et nous voilà imaginant des jeux de rôles faisant face à des tenues d’infirmière, d’hôtesse, de prisonnière, de policière…


Alors que je me sens tenté par une tenue d’écolière avec jupe écossaise, bas blancs et chemisier transparent, tu me diriges vers une tenue prêtresse BDSM avec bottes noires finissant haut dessus des genoux, à talons hauts et bustier en cuir à lanières que tu me supplies d’acheter. Je me laisse tenter et accepte et peux observer ton regard passer soudainement de la jeune fille pudique à la Mistress qui se réveille.


Tu m’attrapes par le cou, jetant tes lèvres contre les miennes. Mes mains t’enlacent. Tu saisis une de mes mains collée dans le creux de tes reins et l’invites à te saisir bien plus bas en la plaquant sur ta fesse. Elle se crispe et saisit cette fesse tendre et rebondie en même temps. Tout en s’embrassant, cette main remonte le long de la robe pour venir englober un sein dont je peux sentir le téton dur à travers l’étoffe. Nos cœurs s’accélèrent et nous devons nous forcer à nous calmer pour ne pas déclencher un attentat à la pudeur.


Reprenant nos esprits, nous payons et quittons l’endroit avec l’esprit empli d’idées nouvelles. Nous reprenons la route vers notre destination suivante, la forêt.



Ne souhaite pas publier son adresse


Copyright © 2017
Demandez l'accord des Auteurs avant toute diffusion


Erotisme torride

Tendre Amour

Bon Scénario

Belle Ecriture

Plein d'Humour

Votre appréciation
Pour apporter des commentaires ou des notations importantes à un texte,
cela se fait désormais en cliquant sur le lien ci-dessous.
Il faut par contre être inscrit.

Commenter et noter le texte

Revebebe - Histoires érotiques